Please choose a language:

Close
 
AE-10201

Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621)

Ballo del Granduca

Serge Schoonbroodt

Liège, Eglise Saint-Jacques

Contenu:
Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621) :
Fantasia chromatica
Onder een linde groen
Toccata
Pavana Lachrimae
Ricercar
Mein junges Leben hat ein End
Echofantasie
Toccata
O Lux beata trinitas
Ballo del Granduca
More details...

Serge Schoonbroodt, Orgue
Durée totale: 1:0 (h:m)
Booklet: 20p., Français Allemand Anglais
Numéro de catalogue AE 10201
EAN 4026798102012
Catégorie de produit: CD
Date de sortie: 01/02/2001
€ 9,73 (including tax)

Reviews on “Sweelinck: Ballo del Granduca”

 

Diapason Michel Roubinet, 05/2001 :

“Tant pour Sweelinck et ce «Niehoff» de Liège que pour l'interprète : magnifique.”
More details...

C'est a un authentique voyage dans le temps et à la facture Renaissance que nous convie ce disque Sweelinck. Construit en 1600, probablement par Nicolas Niehoff ou Florent Hocquet, très modifié au fil des siècles, il a été scrupuleusement reconstruit par Guido Schumacher dans l'étonnant buffet bleu et or d'origine (34/III+Péd.), avec un grand clavier conçu dans l'esprit du fameux Blockwerk hérité du Moyen Age. Le tempérament mésotonique confère aux œuvres une saveur indéfinissable, d'une tension et d'une intensité extrêmes, ainsi dans la fameuse et ici monolithique Fantasia chromatica - preuve, une fois pour toutes, serait-on tenté de dire, qu'un tempérament largement inégal est indispensable pour une interprétation véritablement rayonnante de ce répertoire. Le programme alterne avec discernement pièces libres (toccatas, fantaisie en écho), polyphoniques (ricercar) et en forme de variations (Onder een Linde groen, Mein junges Leben hat ein End, Ballo del Granduca...), chacune parée d'une admirable plénitude des timbres et d'une envoûtante présence. Serge Schoonbroodt, dont on avait surtout relevé l'aisance dans l'enchaînement de petites formes (Lambert Chaumont, Gilles Jullien), pour la première fois s'épanouit dans l'élaboration d'œuvres complexes et développées, reconnaissant que le génie même de Sweelinck lui a été révélé par cet orgue Renaissance et l'univers qu'à lui seul il recrée. Tant pour Sweelinck et ce «Niehoff» de Liège que pour l'interprète : magnifique.

 

Cresecendo Nanon Bertrand, No.53, été 2001 :

“Pari réussi: on trouve ici de Ia poésie alliée à une certaine âpreté, de la fantaisie sur fond de rigueur, et toute la richesse sonore, de la plus raffinée à la plus généreuse.”
More details...

Les premières notes (Fantasia chromatica, au ton pathétique) cinglent ... tant le tempérament mésotonique surprend par sa verdeur, et puis I'oreille s'habitue pour enfin s'intéresser au langage, aux rythmes, à l'harmonie et aux timbres. Timbres de l'instrument d'abord (trois claviers, pédale) qui dispose de nombre de jeux d'anches, de jeux flûtés et d'un Plein-Jeu à chaque clavier, ce qui lui confère une palette tes riche en couleurs. Palette sonore dont Sweelinck avait largement l'usage pour les besoins de ses "concerts" quotidiens, l'orgue étant alors exclu du service religieux. La musique instrumentale de Sweelinck qui illustre principalement deux genres, la Fantaisie et la Variation, se démarque de la manière de son époque (le triomphe de la quasi improvisation à I'italienne). L'écriture des pièces se structure sur un thème unique qui s'enrichit peu à peu de contre-sujets sans que le sujet principal disparaisse; jamais il devient alors possible d'élaborer des pièces variées mais cohérentes de vastes dimensions. Sous-jacente l'immuabilité métrique.
C'est donc à un concert qui utilise tous les genres abordés par le compositeur (Fantaisies, Variations dont les splendides 6 Variations sur "Mein junges Leben", BaIletti, etc.) que nous invite Serge Schoonbroodt. Pari réussi: on trouve ici de Ia poésie alliée à une certaine âpreté, de la fantaisie sur fond de rigueur, et toute la richesse sonore, de la plus raffinée à la plus généreuse.
Belle prise de son.

 

Domradio Köln Guido Krawinkel, 25.03.2001 :

“Dem Label Aeolus ist mit dieser CD einmal wieder das gelungen, was vielen anderen Labels auch gut anstünde: keine konfektionierte Massenware mit austauschbaren Programmen zu produzieren, die quer Beet durch die Musikgeschichte reichen, sondern die bis hin zum graphisch sehr gelungenen und zudem noch informativen Booklet konsequent durchgestaltet sind.”
More details...

Bei dem Label Aeolus ist eine Einspielung mit Orgelwerken des niederländischen Komponisten Jan Pieterszoon Sweelinck erschienen. Der belgische Organist Serge Schoonbrodt hat sie an der Rekonstruktion einer Orgel aufgenommen, so wie sie in der Renaissance - also zu Sweelincks Zeiten - geklungen haben könnte. Das Instrument steht in der Kirche Saint-Jacques im belgischen Lüttich und beeindruckt schon alleine durch einen prachtvollen Prospekt, der reich verziert und ganz in blau-goldenen Farbtönen gehalten ist. Aber auch klanglich gehört die von der Firma Schumacher nach historischen Vorbildern rekonstruierte Orgel zu den herausragenden Instrumenten dieser Zeit. ... Der Klang der Orgel mag für heutige Ohren mitunter etwas ungewohnt sein, ist doch die mitteltönige Stimmung längst nicht mehr gebräuchlich. Die Musik klingt härter, irgendwie schräger, aber auch wesentlich charakteristischer und plastischer. Wenn man sich erst mal daran gewöhnt hat und auch den Klang der im Vergleich zu modernen Instrumenten viel wärmer intonierten Stimmen schätzen gelernt hat, möchte man diese Charakteristika eigentlich nicht mehr missen. ... Dem kleinen Label Aeolus ist mit dieser CD einmal wieder das gelungen, was vielen anderen Labels auch gut anstünde: keine konfektionierte Massenware mit austauschbaren Programmen zu produzieren, die quer Beet durch die Musikgeschichte reichen, sondern die bis hin zum graphisch sehr gelungenen und zudem noch informativen Booklet konsequent durchgestaltet sind. Lediglich zu den einzelnen Werken hätte ich mir im Booklet nähere Informationen gewünscht. Insgesamt passt hier aber wieder einmal alles zusammen: ein stringent geplantes Programm an dem dafür passenden Instrument, gespielt von einem Organisten, der es versteht, der Musik immer wieder neue Facetten abzugewinnen. Serge Schoonbrodt schafft dies mit seinen technisch untadeligen und musikalisch äußerst vielgestaltigen Interpretationen allemal.

Close

Diapason :

Tant pour Sweelinck et ce «Niehoff» de Liège que pour l'interprète : magnifique.

Cresecendo  :

Pari réussi: on trouve ici de Ia poésie alliée à une certaine âpreté, de la fantaisie sur fond de rigueur, et toute la richesse sonore, de la plus raffinée à la plus généreuse.

Domradio Köln :

Dem Label Aeolus ist mit dieser CD einmal wieder das gelungen, was vielen anderen Labels auch gut anstünde: keine konfektionierte Massenware mit austauschbaren Programmen zu produzieren, die quer Beet durch die Musikgeschichte reichen, sondern die bis hin zum graphisch sehr gelungenen und zudem noch informativen Booklet konsequent durchgestaltet sind.
info2