Please choose a language:

Close
 
AE-10541

Mario Castelnuovo-Tedesco (1895-1968)

Mario Castelnuovo-Tedesco - Complete organ works

Livia Mazzanti

Zürich, Tonhalle

Contenu:
Mario Castelnuovo-Tedesco (1895-1968) :
Introduction ut majeur [op.159]
Aria ut majeur [op.159]
Fugue ut majeur [op.159]
Consolation - Ma Tovu ré mineur [op.122]
Adoration - Borechu mi bémol majeur [op.122]
Invocation - Shema Yisroel ré mineur [op.122]
Silent devotion fa dièse mineur [op.122]
Lamentation - The Mourner's Kaddish sol mineur [op.122]
Prelude on the “twelve tone row”
Fanfare on the “twelve tone row” ut majeur
Prelude on the name of Frederick Tulan ré mineur [op.170, no.49]
Choral-Prelude on the name of Albert Schweitzer ré mineur [op.170, no.18]
Fugue on the name of Albert Schweitzer ré mineur [op.170, no.18b]
Tema (Prayers my Grandfather Wrote) mi bémol majeur
Hashkivenu (Prayers my Grandfather Wrote) mi bémol majeur
Lecho Dodi (Prayers my Grandfather Wrote) ut majeur
Vaani s'filosi (Prayers my Grandfather Wrote) ut mineur
Raú-Banim (Prayers my Grandfather Wrote) ré mineur
Hashkivenu II (Prayers my Grandfather Wrote) sol mineur
More details...

Livia Mazzanti, Orgue
Durée totale: 1:4 (h:m)
Booklet: 32p., Anglais Français Italien Allemand
Numéro de catalogue AE 10541
EAN 4026798105419
Catégorie de produit: SACD
Date de sortie: 26/01/2009
  • play_circle_outline Introduction
  • play_circle_outline Fanfare on the twelve tone row
  • play_circle_outline Silent devotion
  • play_circle_outline Invocation
  • play_circle_outline Lamentation
  • play_circle_outline Lecho dodi

Avec ce SACD Aeolus présente à nouveau une première mondiale.

Le nom du compositeur italien Mario Castelnuovo-Tedesco est connu dans le monde de musique, avant tout, pour ses nombreuses compositions pour la guitare. Qu'une bonne heure de musique d'orgue excellente fait aussi partie de son catalogue, cela est prouvé par notre nouvel enregistrement de l'artiste italienne Livia Mazzanti. Ce qui est intéressant à remarquer c'est que le compositeur commence seulement après son émigration aux États-Unis - comme Juif italien se voyait-il forcé de quitter le pays sous la dictature de Mussolini - à composer de la musique d'orgue. A l'occasion des fêtes de Noël 1952, et en réponse à une carte de vœux de l'organiste Edward Power-Biggs, Castelnuovo-Tedesco eut l'idée de composer une très brève Fanfare pour orgue reposant sur les lettres du nom assez étrange de l'interprète et leur équivalence dans le système anglo-saxon de notation musicale. Cette Fanfare de six mesures, jouée par Power Biggs et radiodiffusée, devint le noyau générateur de "Introduction, Aria et Fugue". Cette fanfare, vous pouvez aussi l'écouter en mp3 sur ce site (exemple no. 1). Le vaste livret informe des circonstances de la naissance des autres œuvres (entre autres de la musique pour la synagogue, deux pièces sérielles expérimentelles ainsi qu'autres pièces libres) et les autres détails biographiques du compositeur. C’est le parcours embrouillé auquel les œuvres de Mario Castelnuovo-Tedesco furent soumises sur le plan éditorial qui, en partie, a motivé le long et complexe travail de recherche mené par l’organiste Livia Mazzanti, interprète sensible (et brillante) des répertoires de la première moitié du XXe siècle et de fait véritable artisan de cette surprenante initiative discographique. C’est à elle que nous devons ce travail acharné de redécouverte et de rodage des œuvres, également la mise au point, pour chacune d’elles, de registrations innovantes, entreprise de longue haleine ayant précédé, au cours de ces dernière années, l’enregistrement proprement dit. Mais nous lui devons avant tout une lecture attentive et émotionnellement riche de ces pages injustement oubliées, désormais sauvées de l’oubli grâce à son adhésion personnelle au monde spirituel de Mario Castelnuovo-Tedesco, à son intelligence musicale et à son inventivité poétique, qualités l’ayant conduite à s’en faire une interprète aussi rigoureuse qu’audacieuse. Nous avons pu effectuer notre enregistrement grâce au soutien généreux de Madame Cornelia Gerber (†) à l'orgue de la Tonhalle de Zurich, conçu par Jean Guillou, qui est admirablement mis en valeur ici avec ses nombreuses particularités. Notre enregistrement surround vous déplace comme l'auditeur littéralement dans la salle de concert...

Commentaire du producteur Christoph Martin Frommen:

Christoph Martin Frommen

Avec mes plus de 20 ans d'expérience professionnelle comme ingénieur du son, j'ai vraiment fait la connaissance déjà d'un immense répertoire. Mais, pourtant, il y a toujours de la musique inconnue dont on se demande pourquoi on la rencontre "seulement maintenant".

C'était aussi le cas de la musique d'orgue de Mario Castelnuovo-Tedesco, quand Livia me faisait écouter en 2003 un CD de démonstration, enregistré par elle-même ... Quel mauvais son... Mais quelle belle musique!

Nos plans d'enregistrer ce disque à Saint-Eustache à Paris devaient être rejetés en raison de l'état très mauvais à l'époque de l'instrument. Ainsi nous nous sommes adressés à Zürich et grâce à nos bonnes relations nous avons pu obtenir l'autorisation de réaliser nos enregsitrements à l'orgue de Tonhalle. L'acoustique de salle convient, de toute façon, même mieux à ces oeuvres. En outre, Livia maîtrise parfaitement cet instrument avec ses nombreuses particularités - elle a participé ici aux nombreux masterclasses de Jean Guillou dont elle est l'élève.

Un enthousiasme total suivait mon intérêt initial pour ces compositions nouvelles et, avant tout, pour cette interprète! Laissez-vous fasciner vous aussi par son jeu extraordinairement chargé de tension. On remarque : ici la musique n'est non seulement "jouée" mais littéralement "vécue"! Parmi les pièces qui m'ont particulièrement ému sont les cinq pièces pour "Sacred Service for the Sabath Eve", et ici en particulier la dernière pièce "The Mourner's Kaddish" laquelle était composée à la mémoire des amis et parents morts pendant l'holocauste. Et celui qui réussit à rester calme dans son fauteuil à l'écoute de "Fanfare over the twelve tone row", devrait sérieusement se demander si avec sa perception tout va bien...

€ 18,51 (including tax)
Super Audio CD Information info

Super Audio CD (SACD) Information

This 'Hybrid' Super Audio CD plays on all CD players and SACD players.

CD Audio: Stereo

SACD: Stereo High Resolution + Multichannel Surround High Resolution

SACD - qu'est-ce que cela signifie?

All AEOLUS SACDs...

Close
5 Diapason

Reviews on “Castelnuovo-Tedesco: Mario Castelnuovo-Tedesco - Complete organ works”

 

Orgelvriend Aart de Kort, October 2009 :

“Livia Mazzanti [...] houdt een warm pleidooi voor dit oeuvre.”
More details...

Als je als componist gezegend bent met zo’n
muzikaal klinkende naam als Castelnuevo-
Tedesco (1895-1968) zijn de verwachtingen van
iemand die zijn muziek niet kent hooggespannen.
En inderdaad, de man en zijn
muziek stellen niet teleur. Castelnuevo-
Tedesco was van Joodse origine
en ontvluchtte zijn geboorteland Italië
vlak vóór de Tweede Wereldoorlog.
Zoals veel lotgenoten (o.a. Kurt Weill,
Erich Korngold) kwam hij terecht in
de VS en verdiende hij eveneens een
goede boterham met het componeren
van filmscores. In de VS maakte
hij kennis met o.a. organist Edward
Power Biggs en componist Arnold
Schönberg voordat hij in 1948 weer
terugkeerde naar Italië. Die terugkeer
was van korte duur: hij voelde zich
toch te ontworteld om er te blijven
en keerde voorgoed terug naar Californië.
De Italiaanse organiste Livia Mazzanti
(oud-leerlinge van Jean Guillou)
speurde enige jaren voordat ze alle
orgelmuziek van Castelnuevo-
Tedesco in haar bezit had en ermee aan de slag
kon. Zij houdt een warm pleidooi voor dit oeuvre.
Het idioom is moeilijk te omschrijven. In de Introduction,
Air and Fugue (geschreven voor Power
Biggs) en de suites op Joodse themata horen we
een dialect dat qua harmoniek, impressionisme
en vindingrijkheid veel weg heeft van dat van
Sigfrid Karg-Elert. Toch spreken enkele opusnummers
een wat abstractere taal, met name
de twee stukken (Prelude en Fanfare) die op
een twaalftoonsreeks zijn gebaseerd. Ondanks
dit nogal mathematische compositieprincipe
slaagt de componist erin om hiervan pakkende
muziek te maken. Haast aandoenlijk zijn de twee
suites op Joodse synagogale melodieën (in het
bijzonder de Kaddish), we horen als het ware de
typisch 19e-eeuwse zangwijze van de voorzanger.
Des te opmerkelijker is het dat Castelnuevo-
Tedesco zelf niet zo’n voorstander was van
orgelmuziek in de Joodse eredienst. Voorzanger
en koor waren wat hem betreft voldoende. Het
zal de Amerikaanse praktijk zijn geweest (waar
in synagogen soms enorme orgels van Skinner
en Schantz te vinden zijn) die de noodzaak van
deze muziek bevestigde.
Het instrument dat Livia Mazzanti koos voor
haar opname is het door de firma’s Kleuker en
Steinmeyer gebouwde orgel (1988) in de Tonhalle
in Zürich. Bepaald geen slecht orgel, maar
volledig geconcipieerd vanuit Jean Guillou’s
klankesthetiek. Dan nóg zou je juist voor deze
muziek wel iets om die typische Guillou-registers
(overblazende fluiten, hoogliggende vulstemmen,
knorrende kortbekerige tongwerken etc.) heen
kunnen registreren, maar dat doet Mazzanti niet.
Sterker nog: de registraties zijn ook alle bewust
op die principes gestoeld. Zo wordt bijvoorbeeld
een zangerige melodische lijn een aantal keren
gespeeld met een dunne Fluit 8’ en een Larigot
1½’. Het werkt op den duur wel erg vermoeiend
en ook afleidend van de muzikale boodschap.
Desondanks kan de kennismaking met deze
muziek voor de avontuurlijke organist of luisteraar
bepaald geen kwaad. De opname is direct
maar duidelijk en het booklet is rijk gevuld met
toelichtingen (in vier talen!) en foto’s.
Aart de Kort

Télécharger l'original de la critique:
AE-10541_Orgelvriend.jpg 406,35 kB

 

Diapason Paul de Louit, :

“Livia Mazzanti ne se laisse pas déborder par le risque de caricature [...] et présente l'alliance rare entre un tempérament de feu, une technique virtuose et une tête bien faite.”
More details...

Pour un peu, on en voudrait à Aeolus d'avoir gardé cinq ans dans ses tiroirs cette belle découverte. Peu abondante, surtout pour un compositeur si prolifique, l'œuvre d'orgue de Castelnuovo-Tedesco est entièrement posthume. C'est dire que, de son vivant même, elle tendait à s'effacer derrière l'énormité de la production orchestrale. Néanmoins, ce qui nous est ici révélé est assez singulier pour figurer comme un corpus important du répertoire de l'orgue du xxe siècle.
Œuvre en apparence éclectique, où cohabitent modernisme et néoclassicisme, l'écriture sérielle avec les thèmes alphabétiques, la modalité traditionnelle des chants liturgiques juifs avec la confidence intime de l'artiste. Certaines pièces parmi les plus abouties (Introduction, aria et fugue, les cinq numéros du Service sacré pour une veille de sabbat, le choral et la fugue sur le nom d'Albert Schweitzer) en arrivent à un langage musical en forme d'oxymore qui n'est pas sans rappeler, en France, l'œuvre trop méconnue de Jean-Jacques Grunenwald - qui, lui aussi, composa beaucoup pour le cinéma.
Un autre grand plaisir de ce récital est de nous faire retrouver Livia Mazzanti, qui s'était distinguée par un disque éblouissant consacré aux œuvres d'orgue de Nino Rota (RCA), mais compte aussi parmi les rares interprètes d'élection des redoutables Variations sur un récitatif de Schönberg (Fonè). Elle s'impose dès les premiers accords de la fanfare qui ouvre l'Introduction, aria et fugue, auxquels elle imprime d'emblée le caractère de toccata voulu par le compositeur. Malheureusement s'imposent aussi, en un cortège un peu agaçant, tous les tics de registration et d'articulation qui signalent comme une étiquette de traçabilité l'AOC « élève de Jean Guillou ». Néanmoins, Livia Mazzanti ne se laisse pas déborder par le risque de caricature (même si certains staccatos s'en approchent dangereusement) et, comme son maître dans ses meilleurs moments, présente l'alliance rare entre un tempérament de feu, une technique virtuose et une tête bien faite. Paul de Louit

Télécharger l'original de la critique:
AE-10541-Diapason.jpg 272,47 kB

Close

Orgelvriend :

Livia Mazzanti [...] houdt een warm pleidooi voor dit oeuvre.

Diapason :

Livia Mazzanti ne se laisse pas déborder par le risque de caricature [...] et présente l'alliance rare entre un tempérament de feu, une technique virtuose et une tête bien faite.
info2