Please choose a language:

Close
 
AE-11201

Robert Schumann (1810-1856)

Complete works for pedal piano or organ

Daniel Beckmann

Mayence, St. Ignace

Contenu:
Robert Schumann (1810-1856) :
Sechs Studien für den Pedalflügel in kanonischer Form - Nr. 1 "Nicht schnell" ut majeur [Op. 56, 1]
Sechs Studien für den Pedalflügel in kanonischer Form - Nr. 2 "Mit innigem Ausdruck" la mineur [Op. 56, 2]
Sechs Studien für den Pedalflügel in kanonischer Form - Nr. 3 "Andantino" mi majeur [Op. 56, 3]
Sechs Studien für den Pedalflügel in kanonischer Form - Nr. 4 "Innig" la bémol majeur [Op. 56, 4]
Sechs Studien für den Pedalflügel in kanonischer Form - Nr. 5 "Nicht zu schnell" si mineur [Op. 56, 5]
Sechs Studien für den Pedalflügel in kanonischer Form - Nr. 6 "Adagio" Si majeur [Op. 56, 6]
Skizze für Pedalflügel Nr. 1 "Nicht schnell und sehr markiert" ut mineur [Op. 58, 1]
Skizze für Pedalflügel Nr. 2 "Nicht schnell und sehr markiert" ut majeur [Op. 58, 2]
Skizze für Pedalflügel Nr. 3 "Lebhaft" fa mineur [Op. 58, 3]
Skizze für Pedalflügel Nr. 4 "Allegretto" ré bémol majeur [Op. 58, 4]
Fuge über den Namen BACH Nr. 1 "Langsam" si bémol majeur [Op. 60, 1]
Fuge über den Namen BACH Nr. 2 "Lebhaft" si bémol majeur [Op. 60, 2]
Fuge über den Namen BACH Nr. 3 "Mit sanften Stimmen" sol mineur [Op. 60, 3]
Fuge über den Namen BACH Nr. 4 "Mäßig, doch nicht zu langsam" si bémol majeur [Op. 60, 4]
Fuge über den Namen BACH Nr. 5 "Lebhaft" fa majeur [Op. 60, 5]
Fuge über den Namen BACH Nr. 6 "Mäßig, nach und nach schneller" si bémol majeur [Op. 60, 6]
More details...

Daniel Beckmann, Orgue
Durée totale: 1:13 (h:m)
Booklet: 20p., Anglais Allemand
Numéro de catalogue AE 11201
EAN 4026798112011
Catégorie de produit: SACD
Date de sortie: 03/04/2020
  • play_circle_outline Studie in kanonischer Form Nr. 1 C-Dur
  • play_circle_outline Studie in kanonischer Form Nr. 3 E-Dur
  • play_circle_outline Studie in kanonischer Form Nr. 4 As-Dur
  • play_circle_outline Studie in kanonischer Form Nr. 5 h-Moll
  • play_circle_outline Skizze Op. 58 Nr. 1 c-Moll
  • play_circle_outline Skizze Op. 58 Nr. 3 f-Moll
  • play_circle_outline Fuge über B-A-C-H Op. 60 Nr. 2 B-Dur
  • play_circle_outline Fuge über B-A-C-H Op. 60 Nr. 4 B-Dur
  • play_circle_outline Fuge über B-A-C-H Op. 60 Nr. 5 F-Dur
  • play_circle_outline Fuge über B-A-C-H Op. 60 Nr. 6 B-Dur

La première collaboration d'Aeolus avec l'organiste de la cathédrale de Mayence Daniel Beckmann nous mène à un orgue de Bernhard Dreymann, qui vient d'être restauré dans sa splendeur d'antan: l'orgue de l'église St Ignace de Mayence. L'instrument, construit en 1837 au début de la période romantique, a été salué par le compositeur Christian Heinrich Rinck comme exemplaire pour la facture d'orgue d'alors et s'inscrit exactement dans le temps ou Robert Schumann compose ses œuvres pour piano-pédalier ou orgue.

Au moment où Robert Schumann composa ses études, esquisses et fugues pour piano-pédalier, l'orgue était dans l'ombre dans la plupart des pays européens.
Clara a écrit dans son journal à propos de l'achat d'un clavier de pédale chez les Schumann: « Le 24 avril [...] nous avons reçu une pédale sous notre piano [...]. Robert a trouvé le plus grand intérêt pour l'instrument et a composé quelques esquisses et études pour piano-pédalier, qui seront certainement très bien accueillis comme quelque chose de nouveau. »
Toutes ces compositions ont été écrites à Dresde en 1845. Dans l'une des premières critiques des fugues B-A-C-H, l'organiste de la cathédrale de Magdebourg, August Gottfried Ritter, a écrit: « Quiconque connaît Robert Schumann ne sera pas surpris par une telle phrase. Un compositeur si profond, profondément hostile envers toutes sortes d'effets superficiels, devait être attiré par l'instrument si étroitement lié à son être intérieur et trouver en lui le plus approprié pour exprimer ses pensées. » Schumann lui-même était convaincu que les fugues sont, comme il est dit dans une lettre, « ...un travail qui, je crois, peut survivre à mes autres compositions le plus longtemps ».
Avec son grand nombre de jeux de fond et des diverses possibilités de gradations dynamiques qui en résultent, l'orgue de Mayence est prédestiné à l'enregistrement de ces trois cycles.

€ 18,51 (including tax)
Super Audio CD Information info

Super Audio CD (SACD) Information

This 'Hybrid' Super Audio CD plays on all CD players and SACD players.

CD Audio: Stereo

SACD: Stereo High Resolution + Multichannel Surround High Resolution

SACD - qu'est-ce que cela signifie?

All AEOLUS SACDs...

Close

Reviews on “Schumann: Complete works for pedal piano or organ”

 

Res Musica Frédéric Muñoz, Mai 26, 2020 :

“Le jeune organiste Daniel Beckmann séduit par son approche originale et très attachante.”
More details...

L’œuvre pour orgue de Schumann fut au départ composée pour le piano-pédalier. Grâce à un art achevé de la registration et une exceptionnelle souplesse, ces pièces sont restituées pour la première fois avec relief et passion sur un orgue contemporain du compositeur. Le jeune organiste Daniel Beckmann séduit par son approche originale et très attachante.
Depuis l’invention du pédalier en tant que plan sonore supplémentaire pour augmenter les possibilités d’un instrument à clavier, ont surgi à l’orgue depuis la Renaissance toutes sortes de systèmes à pédales plus ou moins sophistiqués, qui pour des questions pratiques se sont aussi retrouvés installés sur des instruments domestiques. Certains clavicordes ou clavecins ont bénéficié de cet apport très intéressant qui permettait aux organistes de jouer chez eux sans le concours d’un souffleur et bien au chaud en hiver. Certains instruments à pédalier comme le claviorganum réunissaient le clavecin et un petit orgue. Lorsque le clavecin fut progressivement abandonné au début du XIXᵉ siècle au profit du piano, ce principe du pédalier associé fut maintenu pour bon nombre d’instruments dont le pedalflügel connu par Schumann.
L’école allemande pour orgue avait développé depuis le XVIIᵉ une écriture où la partie de pédale occupait une place fondamentale, les jeux de ce plan sonore dépassant souvent en nombre ceux des autres claviers. Schumann, lui même organiste, fut séduit par ce nouveau piano-pédalier, sorte d’orgue à cordes dont il se fit livrer un exemplaire, tel que le rapporte Clara Schumann dans son journal intime. Cela ouvrit de nouveaux horizons de composition pour Robert qui produit en 1845 et 1846 trois cycles de pièces spécialement pour cet instrument aux possibilités de tessitures élargies. Un premier groupe de pièces constituant l’opus 56 comprend Six études en canon. Cette forme musicale rappelle l’art du contrepoint de Bach que Schumann admirait par dessus tout. Chaque étude offre un climat particulier, par la tonalité, le rythme et l’ensemble représente un petit art du canon. L’écriture même de ces pièces appelle facilement un passage à l’orgue, ce dernier restant l’instrument polyphonique par excellence.
Le cycle suivant comprend Quatre esquisses op. 58 où l’écriture purement pianiste est prépondérante. Les contrastes sont marqués, les traits virtuoses et la liberté de jeu du piano se transmet magiquement à l’orgue, habituellement plus statique. Par un jeu de nuances subtil entre les deux claviers de l’orgue on assiste à des forte-piano instantanés qui aèrent et exaltent le discours musical. Le troisième et dernier cycle est constitué par Six fugues op. 60. Elle sont un hommage à Bach par les quatre notes de son nom, servant de thème aux diverses pièces. D’autres univers contrapuntiques sont explorés, portés par certains rythmes marqués et dansants jusqu’à la gigue.
Il faut noter l’approche assez inédite de Daniel Beckmann pour de telles œuvres, déjà beaucoup enregistrées, mais qui n’avaient pas livré jusqu’ici tous leurs secrets. L’interprète utilise les possibilités que lui offre cet orgue, grâce à des plans sonores différenciés mais proches dans la couleur en terme de nuances instantanées, telles qu’un piano est capable d’en livrer. Grâce à ces qualités, l’orgue historique de l’église Saint-Ignace de Mainz, construit par Bernhard Dreymann en 1837 est un instrument idéal pour traduire la musique romantique de Schumann. Il fut épargné de diverses modifications d’importance hélas souvent hasardeuses et sa magnifique façade originale en étain a échappé aux réquisitions de guerre. C’est la maison Orgelbau Hermann Eule qui fut chargé de sa restauration de 2015 à 2019, dans un esprit d’authenticité afin de retrouver exactement l’orgue original de 1937 : le résultat est remarquable. L’orgue de Mainz représente un spécimen parfait de la période de transition entre le dernier baroque et le premier romantique. De nouvelles sonorités plus orchestrales apparaissent ici en harmonie avec la musique de ce temps-là.
Cet album est l’un des plus réussi de la grande collection proposée depuis vingt ans par le label Aeolus aux mélomanes amateurs d’orgue. La prise de son en stéréo ou multichannel surround, au choix en fonction de l’installation du discophile, est d’un équilibre des plus convaincants, l’iconographie de l’album est soignée avec photos et textes de premier choix. Le succès d’une telle version reviendra sans nul doute et avant tout à Daniel Beckmann, jeune organiste allemand, élève de Gerhard Weinberger. Il est chargé de cours et organiste à Mainz. Grâce à son approche d’une rare inspiration, portée par une étude approfondie des textes musicaux, il nous éclaire sur les rapports étroits entre Schumann et l’orgue, le piano pédalier initial lui servant de tremplin pour sublimer un discours d’un romantisme exacerbé et génial à tous points de vue.

To the article...

 

Badische Zeitung Johannes Adam, Mai 26, 2020 :

“Der Interpret bietet die Resultate als Exempelmit Ohrwurm-Qualitäten. [...] Eine CD als Lehrstunde zum Thema Schumann auf der Orgel.”
More details...

Poetisches plus Polyphonie
Im Sommer 2013 gab Daniel Beckmann ein fulminantes Konzert im Freiburger Münster. Jetzt legt der 1980 geborene Mainzer Domorganist das komplette Schaffen Robert Schumanns für Pedalflügel oder Orgel auf CD vor. Eingespielt wurde die bei Christoph Martin
Frommens Top-Label Aeolus erschienene Scheibe an einem frühromantischen Instrument: an der von Bernhard Dreymann 1837 vollendeten Orgel der Mainzer Kirche St. Ignaz. In unseren Tagen wurde sie von der namhaften Bautzener Werkstatt Eule subtil restauriert.
Von Beginn an zeigt Beckmann, der in Detmold ausgebildete Weinberger- Schüler, dass er genau weiß, wie deutsche Orgelromantik zu klingen hat. Kundig genutzt wird bei der Interpretation der drei Schumann-Zyklen von 1845 der Grundstimmenvorrat (Acht-
Fuß-Register) des zweimanualigen, sich dem Betrachter als Augenweide präsentierenden Instruments. Wärme und Ausdruck erfüllen die Musik, die gerade bei den sechs Studien in kanonischer Form wunderbar Polyphonie und Poetisches verbindet. Bei diesen romantischen Kanons unterstreicht der Liedgroßmeister Schumann sein eminentes Melos-Potenzial: Der Interpret bietet die Resultate als Exempelmit Ohrwurm-Qualitäten. Aus den vier Skizzen sprechen Scherzo-Anleihen. Galten Schumanns Kanons und Skizzen dem Pedalflügel, jener Fußnote des Instrumentenbaus, so sind die B-A-C-H-Fugen tatsächlich der Orgel zugedacht. Ob ruhiger stile antico, Motorik oder finale Doppelfuge: Beckmann gestaltet sie sehr schön. Die lebhafte F-Dur-Fuge (Nr. 5) gerät zum Kabinettstück. Andernorts wird erinnerlich, dass es Steigerungsfugen bereits vor Max Reger gibt. Selbst Volumen und Kraft artikulieren sich bei Daniel Beckmann ganz nach Maßgabe der Romantik. Eine CD als Lehrstunde zum Thema Schumann auf der Orgel.

 

Allgemeine Zeitung Mainz Jan-Geert Wolff, May 22, 2020 :

“Beckmann, Schumann, Dreymann - ein Trio, was bestens miteinander harmoniert.”
More details...
 

Music Web International Stephen Greenbank, May 25, 2020 :

“Daniel Beckmann’s artful musicianship makes him the perfect advocate for these well-crafted works.”
More details...
Close

Res Musica :

Le jeune organiste Daniel Beckmann séduit par son approche originale et très attachante.

Badische Zeitung :

Der Interpret bietet die Resultate als Exempelmit Ohrwurm-Qualitäten. [...] Eine CD als Lehrstunde zum Thema Schumann auf der Orgel.

Allgemeine Zeitung Mainz :

Beckmann, Schumann, Dreymann - ein Trio, was bestens miteinander harmoniert.

Music Web International :

Daniel Beckmann’s artful musicianship makes him the perfect advocate for these well-crafted works.
info2