alt-tag
Anvers, Eglise Saint-Michel
L’orgue de l’église St-Michel et St-Pierre d’Anvers a été construit en 1909 par la firme Jos. Stevens de Duffel, selon le système pneumatique alors en vigueur. L’orgue comportait 40 jeux, répartis sur 3 claviers et le pédalier.

Après 1923, quelques modifications ont été apportées à la liste des jeux : la Gambe du clavier principal a été remplacée par une Cymbale (3 rangs) et la Quinte du positif est devenue un Sesquialter (en ajoutant un troisième rang). Le pédalier a reçu une Flûte 4’ supplémentaire. Plus tard (probablement dans les années soixante-dix), le Sesquialter du Positif a été déplacé sur le clavier principal et la Cymbale sur le Récit où elle a pris la place du Piccolo 1’. Sur le positif, l’Unda Maris a été enlevée et une Tierce a été ajoutée.

En 1989, l’orgue a été entièrement rénové : le système de fonctionnement pneumatique a été remplacé par un système électrique plus fiable. Malheureusement, au cours de cette restauration, certains jeux précieux, typiquement romantiques, ont été sacrifiés afin de rendre l’orgue plus « adapté » à la littérature baroque.

Lors de cette restauration, un nouvel orgue de chœur a également été installé derrière le ciborium du maître-autel. Cet orgue est joué par la console du maître-chœur, mais peut également être partiellement joué depuis le grand orgue du jubé.

Ces dernières années, l’orgue a été à nouveau complété par le rang de Tierce du Sesquialter sur le clavier principal, le rang de basse du Tierce sur le Positif et la Voix Humaine sur le Récit. A la place de la trompette originale du Positif, un Piccolo 1’ a été choisi pour compléter les aliquotes de ce clavier, et le Cromorne a été remplacé par une Clarinette originale de Geurts des années 1920, provenant de l’orgue de l’église voisine de Saint-André.

En 2018, les noms des registres, qui avaient été néerlandifiés en 1989, ont été disposés à nouveau en français original sur de nouvelles plaques d’arrêt. Des « octaves graves », un coupleur d’octave du 3ème manuel à chaque manuel, qui était également présent à l’origine, ont également été ajoutés. En 2020, un crescendo général a été intégré, également présent à l’origine. Il s’agit d’un système permettant à l’organiste de compléter systématiquement les jeux à l’aide d’une pédale d’harmonie afin de pouvoir effectuer un crescendo des jeux sans l’aide des assistants. En 2020, une Soubasse 32’ a été placé dans le pédalier. Actuellement, l’orgue compte 42 jeux (+ 4 jeux de l’orgue de chœur). Un Gambe 8’ historique de la fin du XIXe siècle a été placé sur le Grand-orgue en 2021. Il a donc été décidé de ne pas restaurer complètement l’orgue dans son état d’origine, mais de respecter l’état qui s’est créé au fil des ans et, dans la mesure du possible, d’optimiser l’instrument ainsi obtenu et de le compléter dans le même esprit. Cela rend l’instrument particulièrement adapté à un répertoire très large, plus précisément au répertoire d’orgue franco-belge de +/- 1850 à nos jours. L’instrument occupe donc une place unique dans le paysage de l’orgue belge.