alt-tag
Stephen Tharp
Stephen Tharp, salué comme “le parfait virtuose” par le journal munichois ‘Die Abendzeitung’, figure parmi les organistes de concert les plus actifs dans le monde.

Depuis plus de dix ans, son succès lui fait donner près de 60 concerts par an dans le monde entier. Il est depuis longtemps reconnu sur la scène internationale comme l’un des interprètes au style le plus sûr et à l’éclectisme le plus intelligent de notre temps.

Ayant déjà occupé le poste d’organiste et directeur des concerts à la cathédrale St.Patrick de New York, Stephen Tharp est devenu l’un de ces rares organistes pour qui le seul objectif artistique est concert, enregistrement et enseignement.

Depuis 1987, ses 800 concerts aux États-Unis et ses 33 tournées internationales en tant que soliste aux États-Unis, au Canada, en Europe, en Asie et en Australie l’ont amené à se produire dans des lieux aussi célèbres que le Royal Albert Hall à Londres, l’église St Bavo de Haarlem (Pays-Bas), la cathédrale Notre Dame et l’église St Eustache de Paris, le Centre Culturel de Hong Kong, la Tonhalle de Zürich, le Dôme de Milan, les cathédrales de Berlin, Cologne, Munich, Passau et Würzburg, la Basilique de Weingarten, le Gewandhaus et l’église St Thomas de Leipzig, la Hallgrímskirkju de Reykjavik; la cathédrale d’Aarhus (Danemark), le Woolsey Hall de l’université de Yale, le Jack Singer Hall à Calgary (Canada), la Grace Cathedral de San Francisco, la Crystal Cathedral de Garden Grove, Californie), l’université Rice de Houston, la cathédrale Notre Dame des Anges de Los Angeles, le Spivey Hall à Atlanta, le Museum of Art and Severance Hall à Cleveland; et l’Orchestra Hall à Chicago.

Ardent défenseur de la musique d’aujourd’ hui, Stephen Tharp commande régulièrement de nombreuses compositions nouvelles pour orgue et les crée. La première fut Instants - Poème Symphonique, Op. 57 de Jean Guillou, que Stephen Tharp créa au King’s College de Cambridge en février 1998. Ensuite, les œuvres dont il fut le dédicataire sont les suivantes : Sonata de Samuel Adler en 2005, Stèle d’Eugenio Fagiani en 2003, Trois Poèmes, de Thierry Escaich en 2002, Sinfonietta de Philip Moore en 2001, de Anthony Newman : Tombeau d’Igor Stravinsky (2000), Toccata and Fuga Sinfonica on BACH (1999) et la Second Symphony (1992), Slingshot Shivaree for Organ and Percussion de Martha Sullivan en 1999, et Sequencia Pedalia (1998) suite pour pédalier solo, par Morgan Simmons, compositeur de Chicago.

Stephen Tharp est titulaire d’une maîtrise d’orgue de l’université Northwestern, où il fut l’élève de Wolfgang Rübsam, titulaire de l’orgue de la chapelle Alice Miller de l’université, et claveciniste de l’Ensemble de musique de chambre de l’université Northwestern. Il détient une licence d’orgue, de piano et d’accompagnement, avec mention “Très bien”, de l’Illinois College de Jacksonville, où il travailla l’orgue avec Rudolf Zuiderveld et le piano avec Garrett Allman. Étant lui-même un professeur doué, Stephen Tharp est célèbre pour ses idées sur la musique des XIXème et XXème siècles ainsi que pour ses transcriptions pour orgue d’œuvres rares pour orchestre ou pour piano.

On peut trouver les 12 enregistrements commerciaux sur les site de JAV Recordings et celui de la Organ Historical Society.

De 1995 à 1997 Stephen Tharp était Organiste à la cathédrale de St. Patrick à New York et de 1998 à 2002 Organiste à St. Bartholomew, aussi à New York. Il est actuellement artiste-en-résidence à Grace Church à New York, où il collabore avec le directeur de chœur Dr. Patrick Allen.